HaustLine 127 : jeudi 13 Novembre 2014

Jeudi 26 février 2015 haustline n°137 4ème saison


une ambiance festivo-électronique:

Des artistes ont pour vocation de produire de la scène,
de la performance et  d'offrir du visuel
tout en musica-lisant les effets.

On diffuse  des sons, des atmosphères à des images animées  
parfois en temps réel.
On sonorise de grandes surfaces ou écrans 
avec l'usage d'autres éléments des arts vivants : musiciens, comédiens
 danseurs, trapézistes, jongleurs.

Parfois dans divers lieux: église, piste de danse , opéra, théatre antique 
on apporte au live une consonance cinétique ou cinématographique.

Le mouvement est toujours sous la gouverne de la projection.


00 Hayvanlar Alemi "Quantum Lion "Visions of a Psychedelic Ankara"2010 autoproduction
free music
http://hayvanlaralemi.org/visions-of-a-psychedelic-ankara.html

Elektra festival

01 Herman Kolgen -INJECT

C'est
Dust, l'œuvre attendue d'un autre artiste canadien, Herman Kolgen qui fait  l'ouverture officielle du festival le 6 mai. Révélé en France (lors de Némo 2005) par l'exigence d'une abstraction minimaliste, Fluux:/terminal, un "dytique rétinal" conçu avec Dominique T. Skoltz, dans lequel images et sons mixés s'entrelacent et s'entrechoquent en temps réel, Kolgen a récemment produit en solo deux nouvelles pièces Dust, une expérience macroscopique autour de la poussière présentée en avant première au Cube et In/ject un pièce montrée au Cenquatre co-produite par le centre d'Art d' Enghien l'année dernière pour une projection géante lors des Bains Numériques. Ce film car il s'agit bien là d'un travail de montage au frame près, d'un tournage improbable et de l’incroyable performance d'un jeune japonais en immersion dans une cuve... In/ject donc, est une claque dont chaque hertz de la bande son résonne dans le ventre quand l'esthétique visuelle d'une violente beauté questionne les sens et trouble l'esprit. L'œuvre à la réalisation irrépochable ne fait pas l'unanimité. Antithèse du "soft Vjing", du lounge ou de "l'easy listening", elle incarne le manque, elle dérange !
Dans la même soirée, Abcd Light, la nouvelle création d'Alain Thibault, compositeur et directeur du festival réuni avec Yan Breuleux sous le nom de code Purform, réjouit probablement sans équivoque le public par ses déferlements de rayons lumineux portés par une électronique chaleureuse et puissante.

De la lumière encore, pour une immersion totale, avec Laser Sound Performance, un bombardement de couleurs, de l’artiste hollandais Edwin van der Heide dans les nuits des 6, 7 et 8 mai 2010 au festival québécois Elektra.
Et pour parfaire cette grande messe iconoclaste, la soirée du vendredi 7 mai, nous offre une radiographie des cathédrales (Cathedral Scan) de l’américain Blake Carrington alors que Raphaël Thibault et Hyun-hwa Cho nous entrainent virtuellement dans l’enceinte de l’Église St-Eustache à Paris avec Vox Humana.

L'ambiance festive avait son pendant plus théorique : les conférences étaient l'occasion de proposer un cadre aux performances, tout en montrant des projets connexes (comme par exemple le dispositif de performance web WJ conçu par Anne Roquigny). Cornelia Lund s'est attaquée à la question terminologique pour nommer les travaux des artistes présentes, et plus généralement les termes en cours pour parler d'images animées en temps réel. Auteure avec Holger Lund de l'ouvrage "Audio.Visual: On Visual and Related Media" en 2009, cette chercheure s'occupe d'une plateforme en ligne dédiée aux arts numériques, Fluctuating Images. Elle a d'abord commencé par dégager plusieurs termes utilisés pour ces pratiques (par la presse, les festivals, les artistes) : VJ, live visuals, visual music, live cinema, performance AV (pour audiovisuel)... VJ est le terme le plus ancien, il est originaire du club et est associé au terme de DJ. Elle propose comme définition pour le VJing une "performance qui consiste à créer de l'art visuel animé (souvent de la vidéo) sur de grandes surfaces ou écrans, généralement dans des événements comme des concerts, des clubs ou des festivals de musique, et souvent en relation avec d'autres éléments des arts vivants (musiciens, acteurs, danseurs)". Elle note cependant que d'autres termes sont apparus plus récemment pour sortir ces pratiques du club et les amener dans des lieux de l'art : ainsi la notion de live cinema s'applique à des travaux considérés comme plus artistiques et personnels que ceux associés au VJing. Les termes sont fluctuants et se recoupent. Quant à la performance AV, elle semble plutôt venir de la composition musicale (là où les expressions live cinema ou VJing sont issues du champ des arts visuels). Les différentes définitions permettent d'appréhender la situation des pratiques visuelles en temps réel, à un moment où les clubs font moins souvent appel à des VJs et où les artistes aspirent également à concevoir des travaux plus sophistiqués.
De nombreux artistes souhaitent aller au delà de la manipulation d'images grâce à des logiciels dédiés pour proposer quelque chose de plus performatif, ou simplement avoir différentes pratiques selon les contextes. Par exemple, A-li-ce est vj pour des musiciens et DJs. Elle développe également des performances dans le cadre du collectif Home Made, comme "Harry" leur dernière création (qu'elle a présenté au Medialab Prado). Elle manipule objets et images dans la performance, mêlant captures en temps réel avec une caméra de surveillance, animation et traitement numérique.

05 Cyclique
Cyclique est une installation composée d'une matrice de 256 ballons gonflés à l'hélium.
Les ballons équipés de LEDs sont les interprètes d'une composition musicale et lumineuse.
Se transformant en une sculpture cinétique aérienne de plus de 700m2, Cyclique évolue au gré du vent et transporte les spectateurs dans des paysages artificiels synesthésiques.
Direction - Scénographie - Conception: Maxime Houot
Scénographie - Création lumière et sonore : Nohista

06 Christian Calon"Minuit"/Francisco Kröpfl "Orillas"
Cultures Électroniques 4 Le Chant Du Monde 1989

07 Richard Pinhas (France) "Welcome In The Void "  Welcome In The Void 2014 Cuneiforms


08 The White Tulips (Xiamen, China) "Glass Mirror " Wrapped In The Waves - (2014)

09 No drum for moog (Metz France) "In The Moog For Love 1"
Documents Synthétiques 2014
 http://nodrumnomoog.bandcamp.com/

10 Motorama (Russie) "write to me" Poverty Talitres 2015

11 John Carpenter (Usa) "Wraith" lost theme Sacred Bones Records 2015
12 John Carpenter (Usa)  "purgatory" lost theme Sacred Bones Records 2015

Après avoir signé plus d'une dizaine de bandes originales pour ses films, John Carpenter annonce la sortie de son premier album solo.

Maître de l’épouvante (Halloween, The Thing, Christine, Prince des Ténèbres, …) et de la science-fiction (New-York 1997, Invasion Los Angeles, Assault, …), le réalisateur américain John Carpenter met un point d’honneur à enregistrer lui-même les bandes-originales de ses films. 40 ans après la BO de Darkstar, son premier long-métrage, il passe au format « album » sans passer par la case « film ». Lost Themes, à paraître le 3 février prochain, ne sera donc pas une énième BO à vous glacer le sang mais un album composé en toute liberté, sans l’impératif de coller à des images ou à une trame narrative. Une première pour le compositeur. 
Annoncé pour le 3 février 2015, l’album Lost Themes sortira sur le label Sacred Bones. Ce même label avait déjà offert la possibilité à David Lynch, autre réalisateur à l’univers très personnel, de publier l’album The Big Dream en 2013 et de rééditer les BO des films Twin Peaks et Eraserhead. Vont-ils également rééditer les bandes-originales des chefs-d’œuvre de Carpenter ?

jeudi 19 Février 2015 :HaustLine N°136 4ème saison

Welcome.
à la machine
à la big beat generation
ou le sourd réalisme fait et  refait
une scène aux surs réalistes.

Welcome.
Au martèlements
qui dessinent des ronds d'heures
sur des pistes denses, entes d'un novel âge.
Mûr.

Welcome
aux cut-up et facéties verbales
emballés dans un linceul de miasmes
pour renfermer les inaudibles bis repetita
de nos histoires d'humains robotiques.

Et les beats niquent dans les halls.
01 Vor Onus : The Greyn Woods Of Digested Scholars
02 Trans Atlantic Rage : Random Micro Magically Transports U
03 Zoeleela : Ugly
04 Kecap Tuyul: Tsuchinoko Bite


05 Camera : "To the Inside "Remember I Was Carbon Dioxide 2014 Bureau B
06 camera : "People Are Strange"  A Psych Tribute To The Doors2014 Cleopatra
07 camera : "Meteor" Système Solaire 2013  Bureau B

Interlude :
Negativland "A Big Place Part One"

06 Martyn Bates/Allen Ginsberg "Once Loved/A Footnote To Howl" (DJ Spooky Remix) 
Sound Unbound Audio Companion: Excerpts And Allegories From The Sub Rosa Archives 2008 Sub rosa
07 Ron Geesin (Ecosse) "Go!" hystery  Cherry Red ‎1994
08 William Burroughs, Iggy Pop and Techno Animal "The Western Land" Sound Unbound Audio Companion: Excerpts And Allegories From The Sub Rosa Archives 2008 Sub rosa

09 Kapotte Muziek "Noiseperformance" An Apology Is Necessary (1985-87) Zeromoon
10 Bill Laswell ( + René Magritte) "Ghost Dub / Le Surréalisme Et Les Questions" Sound Unbound Audio Companion: Excerpts And Allegories From The Sub Rosa Archives 2008 Sub rosa